Revenir à la liste des actus

Avez-vous besoin d'un certificat médical pour faire du sport ?

Un certificat médical attestant de l’absence de contre-indication à la pratique du sport (CACI) est nécessaire pour s'inscrire à un club sportif. Il remplace depuis 2016 l'ancien certificat qui était demandé chaque année. Celui-là est valable au moins trois ans pour l'ensemble des activités sportives, sauf dans le cas de sports considérés à risques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le médecin délivre ce document à l’issue d’un examen clinique (prise de tension, poids, contrôle de la vue, de l’ouïe et du cœur etc.). Il tient compte aussi de vos antécédents familiaux, de votre hygiène de vie, des éventuels traitements que vous suivez, de votre niveau de pratique sportive et de son intensité. Il peut établir l’aptitude au sport en général ou la réserver, le cas échéant, à certaines disciplines ou activités.

Vous devez présenter un CACI datant de moins d'un an pour la délivrance initiale de la licence sportive. Puis le licencié devra en fournir un, tous les trois ans. Pour les pratiques de loisirs (sans compétition), chaque fédération définit ses modalités en termes de durée de validité. Toutefois la fréquence ne peut pas être inférieure à trois ans.

Entre deux CACI, le sportif doit remplir un questionnaire de santé à chaque renouvellement de sa licence. Le questionnaire permet de s’autoévaluer. Si au moins l’une des réponses est positive, il faudra un nouveau certificat. Si les réponses sont négatives, il suffit d’en informer le club.

Pour déterminer si vous devez oui ou non fournir un certificat médical pour continuer à pratiquer votre activité sportive, le site de l’administration française propose un simulateur en ligne (https://www.service-public.fr/simulateur/calcul/certificatMedical).

Pratique de loisirs ou d'entretien (Gym, Pilates, Rando…)

Les organisateurs d’activités de sports de loisirs ou d’entretien peuvent exiger des certificats médicaux pour participer à leurs activités (par exemple, pour de simples randonnées). Ce n’est pas une obligation légale, mais une condition liée aux assurances signées par ces organisateurs. Le certificat ne doit pas indiquer une aptitude générale au sport. Il doit juste certifier l’absence de contre-indication à la pratique du sport concerné.

Les sports à risques

Pour prendre en compte les contraintes, notamment liées à la sécurité ou à la santé des pratiquants de certains sports à risques, les médecins doivent réaliser ou faire réaliser des examens médicaux spécifiques avant de délivrer un certificat médical établissant l’absence de contre-indication. Ce certificat doit être fait tous les ans.

Font partie de ces sports à contraintes particulières : l’alpinisme ; la spéléologie ; la plongée subaquatique ; les sports de combat pratiqués en compétition ; disciplines utilisant des armes à feu ou à air comprimé ; sports qui utilise des véhicules terrestres à moteur, sauf modélisme automobile radioguidé ; sports aéronautiques de compétition sauf l’aéromodélisme ; le parachutisme ; le rugby (à XV, XIII, VII).

(Arrêté du 24 juillet 2017 : https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2017/7/24/SPOV1722815A/jo/texte)

Le certificat médical pour les plus jeunes

Pour les enfants qui pratiquent le sport en club, il est recommandé d’établir ce certificat lors des examens systématiques. L’auto-questionnaire de santé ne se pratique que si l’enfant est capable d’y répondre de manière pertinente. Il faut rester vigilant en cas de blessure, de fatigue physique ou psychologique anormale ou changement morphologique.

Le contrôle médical annuel est conseillé pour les enfants qui pratiquent la compétition, soit près de 5 heures de sport par semaine.

Le certificat n’est pas obligatoire pour pratiquer une activité sportive organisées par les fédérations scolaires à partir du moment où les élèves sont reconnus aptes à la pratique en cours d’EPS.

Retrouvez le questionnaire d’auto évaluation (QS-Sport) : https://www.formulaires.modernisation.gouv.fr/gf/cerfa_15699.do

Actus
Viva magazine
Téléphone : du nouveau pour les sourds et malentendants
09.10.2018

Le 8 octobre les opérateurs de téléphonie lancent un service qui permet un accès au téléphone pour les personnes sourdes et malentendantes.

Deux mois d'attente pour un rendez-vous en ophtalmologie
10.10.2018

Les délais sont très longs également en dermatologie, cardiologie et gynécologie selon l'enquête de la Drees sur l'accès aux soins 

Les UV en cabine font le « lit » du cancer de la peau
10.10.2018

L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) demande purement et simplement l'interdiction des cabines de bronzage en France.