Revenir à la liste des actus

Biocides : nos pesticides du quotidien ! Décryptage avec André Cicolella

Dans le cadre de la semaine pour les alternatives aux pesticides, nous avons souhaité faire un focus sur les biocides : où en trouve-t-on ? Quels dangers ? Quelle réglementation pour nous protéger ?

 

 

Les biocides sont des produits destinés à détruire, repousser ou rendre inoffensifs les organismes nuisibles dans les secteurs non agricoles. Ce sont, en quelque sorte, des pesticides domestiques.

 

 

Que sont les biocides ?

Le terme biocide désigne une large famille de substances, classées en quatre groupes :

  • les désinfectants pour les mains ou pour l’eau ;
  • les produits de protection et traitement (traitement du bois contre les insectes ou la moisissure, protection du cuir etc.) ;
  • les produits antiparasitaires (insecticides, raticides etc.) ;
  • Les autres produits biocides (peintures anti-salissures pour bateaux etc.).

Par définition, ces substances actives s’attaquent par action chimique ou biologique à des organismes vivants nuisibles, elles sont donc susceptibles d’avoir un effet sur l’homme, l’animal et l’environnement.

Comme les pesticides, les biocides sont une menace pour notre santé

> Le lien entre cancers de l'enfant et biocides est très vraisemblable, dans le cas d’une exposition parentale :

  • Une étude de l’Inserm [1] publiée en décembre 2007 a étudié le rôle qu’ont pu avoir certains biocides dans la survenue de leucémies aiguës et lymphomes chez l’enfant. Les résultats montrent une augmentation significative de ces cancers chez l'enfant en cas d'usage d'insecticide pendant la grossesse ou d'usage des pesticides domestiques par le père.
  • Une méta-analyse publiée en 2007 par Infante-Rivard [2] montre un lien statistiquement significatif entre cancer de l’enfant et exposition parentale aux biocides.

Les données scientifiques sont suffisantes pour justifier un plan de réduction massif de l'usage des biocides.

> Le lien entre biocides et cancer du sein est démontré : une étude [3] portant sur des femmes exposées au DDT dans le ventre de leur mère montre que 40 ans après l’exposition, le risque de développer un cancer du sein est multiplié par 5 chez les femmes les plus exposées avant l'âge de 14 ans. C'est une preuve supplémentaire de l’importance de la période d’exposition : la vie fœtale et les premières années de l’enfance sont particulièrement sensibles à l’impact de l’environnement.

Zoom
Les animaux de compagnie peuvent aussi être une source d’exposition aux biocides
Dans l’environnement domestique, les animaux jouent un rôle important dans l’exposition des enfants. Ils le sont de deux manières : traités par antiparasitaire ou porteurs d’un collier antipuces, ils sont en contact direct avec les enfants, et peuvent contaminer l'ameublement ; d’autre part, en multipliant les allers-retours entre le jardin et la maison, ils ramènent dans les habitations les biocides utilisés à l’extérieur.
Une revue systématique des études qui ont analysé les liens entre l'exposition aux pesticides et les tumeurs du cerveau chez les enfants a mis en évidence que le risque s’accroît avec le nombre d’animaux domestiques et le nombre d’heures passées avec eux par jour, notamment par l'usage du collier anti-puce aux USA [4].

 

Quelle est la réglementation ?

Il y a quelques années, la plupart des biocides dans les rayons étaient "en vente libre sans que l'on ait une connaissance précise de la nature de ces produits, de leur composition et de leurs usages" comme l’indique un rapport [5] de la direction générale de prévention des risques (DGPR) du ministère de l'Ecologie.

C'est pourquoi en 1998, l'Union européenne a décidé de corriger cette situation en mettant en place une réglementation, la directive 98/8/EC [6], visant à limiter la mise sur le marché aux seuls biocides dont l'efficacité et les risques ont été évalués. Cette directive permet d’harmoniser la réglementation des Etats membres au sein de l’union européenne.

Etapes de commercialisation des biocides : dans un premier temps les substances actives du produit biocide sont évaluées et inscrites sur une liste positive européenne. Le produit biocide fait ensuite l'objet d'une autorisation de mise sur le marché (AMM) dans un des états membres. En France, c’est le Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable qui délivre ces autorisations sur avis et évaluation de l’ANSES.

Zoom
La réglementation interdit les perturbateurs endocriniens dans les biocides.
   
La réglementation prévoit qu'un perturbateur endocrinien ne puisse pas être utilisé comme biocide. Ce principe d’exclusion devrait être élargi à tous les pesticides et les autres produits chimiques, en vertu du changement de paradigme imposé par la spécificité des perturbateurs endocriniens : ce n’est pas la dose qui fait le poison, c’est surtout le moment de l’exposition (vie fœtale, premières années de vie). Cela a été acté dans la Stratégie Nationale Perturbateurs Endocriniens adoptée en avril 2014.

Pour en savoir plus sur ces substances et apprendre à les éviter : Que sont les perturbateurs endocriniens ?

Références

[1] Rudant J, Menegaux F, Leverger G, Baruchel A, Nelken B, Bertrand Y, Patte C, Pacquement H, Vérité C, Robert A, Michel G, Margueritte G, Gandemer V, Hémon D, Clavel J. Household exposure to pesticides and risk of childhood hematopoietic malignancies: The ESCALE study (SFCE). Environ Health Perspect. 2007 Dec;115(12):1787-93. La publication porte sur un groupe de 2741 cas dont 764 leucémies aiguës, 130 lymphomes hodgkiniens, 166 lymphomes non-hodgkiniens et 1681 témoins.

[2] Infante-Rivard C, Weichenthal S Pesticides and childhood cancer: an update of Zahm and Ward's 1998 review.J Toxicol Environ Health B Crit Rev. 2007 Jan-Mar;10(1-2):81-99. Cette revue de la littérature scientifique portait sur 15 études cas-témoins, 4 études de cohortes et 2 études écologiques. 15 études sur 21 montrent un lien statistiquement significatif entre cancer de l'enfant et exposition parentale.

[3] Barbara A. Cohn et Al., DDT and Breast Cancer in Young Women: New Data on the Significance of Age at Exposure.Environ Health Perspect. 2007 October; 115(10): 1406–1414

[4] Zahm SH, Ward MH.Pesticides and childhood cancer. Environ Health Perspect. 1998 Jun;106 Suppl 3:893-908.

[5] http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Biocides_novembre_2010_...

[6] http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:1998:123:0001...

 

Qui est André Cicolella ?

André Cicolella est toxicologue, conseiller scientifique à l'Institut national de l'Environnement et des Risques (INERIS) et enseignant à l'École des affaires internationales de Sciences Po Paris. Il est président du Réseau Environnement Santé (RES), qui est à l'origine de l'interdiction du bisphénol A dans les biberons et les contenants alimentaires, de l'interdiction du perchloréthylène dans les pressings ou de la prise de conscience des effets de l'aspartame.
André Cicolella est l'auteur de nombreux ouvrages, notamment Alertes Santé (Fayard), Le Défi des épidémies modernes (La Découverte) et plus récemment Toxique Planète : Le scandale invisible des maladies chroniques (Broché). 

Actus
Viva magazine
Solimut Mutuelle de France soutient le sauvetage de la clinique Malartic
16.10.2017

Solimut Mutuelle de France apporte son soutien à la Mutuelles de France du Var dont l'une des cliniques est menacée de fermeture.

Chez les plus démunis, moins d'un adulte sur deux à jour dans ses vaccinations
17.10.2017

Le 17ème bilan annuel de Médecins du Monde, publié ce mardi, dénonce une situation toujours aussi difficile pour l'accès aux soins des plus...

Film « Les sentinelles » : honneur aux lanceurs d’alerte
18.10.2017

Le film les Sentinelles dénonce le scandale de l'amiante et des pesticides et rend hommage aux lanceurs d'alerte. Il sort le 8 novembre...