Revenir à la liste des actus

Activité physique et arthrose

L’arthrose est une maladie articulaire par atteinte mécanique et dégénérative des articulations provoquant douleurs, gonflements, déformations et ankylose.
Diagnostiquée grâce à un examen radiologique simple, elle touche 10 millions de Français. 65% des personnes de plus de 65 ans en souffrent.
Elle est génératrice de perte d’autonomie qu’améliorent la pratique de l’activité physique et la mise en place de prothèses de plus en plus performantes.

 

Les causes de l’arthrose

La sédentarité est, en association avec le surpoids, l’une des causes principales de l’arthrose surtout celle qui touche les membres inférieurs. Le vieillissement, certaines hérédités et les maladies chroniques sont aussi responsables de l’arthrose.

D’autres causes sont possibles, comme un travail pénible et répétitif, des traumatismes et, dans certaines mesures, la pratique intensive d’un sport.

Les localisations de l’arthrose

Par ordre de fréquence :

  1. Le rachis : arthrose diffuse cervicale, dorsale et lombaire ou arthrose due à des déformations préalables (scoliose,cyphose etc ..) en association avec des pincements et ostéophytes (bec de perroquet).
  2. Les mains et les doigts avec en particulier l’arthrose du pouce appelée rhizarthrose.
  3. La hanche : la coxarthrose avec ses 80 000 prothèses par an.
  4. Le genou : la gonarthrose qui atteint l'articulation entre le fémur et le tibia (arthrose fémoro-tibiale) ou entre la rotule et le fémur (arthrose fémoro-patellaire), avec 50 000 prothèses par an.
  5. Les autres localisations, épaules, chevilles, pieds, poignets où l’arthrose est due au surmenage articulaire (professionnel, sportif…) ou à des entorses anciennes.

L’évolution de l’arthrose

La dégénérescence du cartilage, avec les premiers signes d’arthrose, peut commencer très tôt dans la vie. Ces atteintes du cartilage ne régressent jamais, mais leur progression est aléatoire et non linéaire. Dans la plupart des cas, la maladie évolue lentement sur de nombreuses années. Traitée simplement avec la prise d’antalgique ou d’anti-inflammatoire, l’arthrose peut ainsi être présente sans provoquer de gêne majeure.

Exceptionnellement l’évolution de la maladie arthrosique peut être très rapide et rendre nécessaire la pose précoce d’une prothèse ou provoquer une impotence majeure.

Trois phases évolutives se succèdent à un rythme imprévisible :

  • Des phases sans poussée arthrosique et sans aucune gêne. Pendant cette phase, vous pouvez pratiquer une activité physique et un sport, en évitant toutefois la compétition intensive.
  • Des phases chroniques au cours desquelles la gêne quotidienne est variable et accompagnée d’une douleur modérée rendant le traitement simple et efficace. Pendant cette phase, il est recommandé de réaliser une activité physique régulière.
  • Des phases avec des crises douloureuses aiguës accompagnées d’une inflammation de l'articulation au cours desquelles la douleur est vive et la gêne importante. Pendant cette phase il faut se reposer, mettre de la glace sur l’articulation douloureuse, prendre un traitement adapté et éventuellement faire exclusivement de l’activité physique dans l’eau ou de la rééducation.

Comment combattre son  l’arthrose

1. Par une modification hygiéno-diététique

Le poids est l’ennemi de l’arthrose des membres inférieurs, il faut donc le stabiliser et si votre IMC dépasse 30, suivre un régime alimentaire pour maigrir. Il faut également modifier votre mobilité en prenant soin de ménager vos articulations (canne, orthèses, semelles orthopédiques etc..).

Attention aux :

  • grignotages sucrés (confiseries, sucre, boissons sucrées),
  • produits très gras (fritures, panures, beignets et huiles de cuisson, plats fromagés, feuilletés),
  • la consommation d’alcool.

2. Par la prise de médicaments ou la chirurgie

Les antalgiques, les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les infiltrations sont autant de propositions avant la pose d’une prothèse ou d’une chirurgie adaptative, votre médecin vous conseillera.

3. Par une kinésithérapie adaptée et des cures thermales

Faire de la masso kinésithérapie et de la balnéothérapie pour calmer la douleur, réduire l’inflammation et récupérer des amplitudes articulaires ainsi qu’une mobilité active. Les cures thermales permettent de retrouver une fonctionnalité et de limiter le handicap dû à l’arthrose pendant un certain temps.

4. Par la pratique d’activité physique adaptée

Le sport intensif est contre-indiqué pour l’arthrose. En revanche, bouger au quotidien est essentiel pour nourrir le cartilage et lutter contre l’ankylose et les déformations, tout en contribuant à la qualité de vie.

Exemple type d’activités physiques adaptées autorisées : la marche avec ou sans bâton, le vélo d’appartement ou de ville (sauf pour l’arthrose du genou fémoro-patellaire), l’aquagym et la natation, le yoga, le tai-chi, le gainage avec ballons, le Pilates, le Shiatsu, les étirements et le renforcement musculaire péri-articulaire, les exercices travaillant l’équilibre et la posture etc……

De nombreuses propositions de sport santé se développent et votre médecin peut vous conseiller. Sachez que la sécurisation des pratiques et la qualité de l’encadrement sont deux éléments essentiels d’une pratique bénéfique pour votre arthrose.

Le saviez-vous ?

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de faire au moins 30 minutes  d’activité physique par jour 5 fois par semaine.

En pratique : marcher, faire ses courses, sortir son chien, aller à pieds chercher les enfants à l’école, jardiner, tondre la pelouse, faire le ménage, visiter des expositions ou descendre du tram, bus, métro une ou deux stations avant votre destination sont des activités physiques favorables pour votre santé.

Les conseils du pro 

  • Motivez-vous en fixant des objectifs réalisables
  • Respectez le « dérouillage » articulaire, en vous échauffant pendant 10 minutes
  • Commencez doucement, par des séances de 20/30 minutes
  • Ménager vos articulations en portant éventuellement une genouillère, une chevillière ou en faisant un sport porté comme la natation ou le vélo
  • Evitez les pentes et surtout les descentes
  • Buvez 3 à 4 gorgées d’eau toutes les 30 minutes
  • Ayez un équipement adapté, confortable et ample
  • Arrêtez si vous ressentez une douleur dans la poitrine, un essoufflement anormal, des palpitations ou si vous avez la tête qui tourne et/ou un peu trop chaud
  • Utilisez les traqueurs d’activités, podomètre ou autres Applis afin de planifier votre programme d’activités physiques
  • Si possible, choisissez un encadrement par un coach, c’est une plus-value

Bon à savoir

Le sport santé ou la prescription de l’activité physique adaptée sur ordonnance est possible depuis mars 2017. Elle peut être prise en charge par certaines mutuelles* si vous êtes en affection longue durée (ALD). Votre médecin traitant peut vous informer.

* Si vous êtes adhérent à La Mutuelle Familiale, une prise en charge est possible dans le cadre de la commission d’aide sociale. N’hésitez pas à vous renseigner.

Pour savoir comment agir au quotidien pour réduire les douleurs aux articulations, consulter la fiche ici.

01/04/2018 pbacquaert IRBMS Hauts de France www.irbms.com

Actus
Viva magazine