Revenir à la liste des actus

Activité physique et asthme

L’asthme est une maladie inflammatoire chronique des bronches et du système respiratoire qui apparaît le plus souvent dès l’enfance. 

 

Il touche au moins trois millions de personnes en France dont deux-tiers d’enfants.

Les signes les plus fréquents sont :

  • la toux souvent très sèche arrivant par crise
  • des sifflements dans la poitrine
  • une gêne respiratoire

 

Pourquoi l’asthme peut provoquer une obstruction bronchique ?

Lors d'une crise d'asthme, le calibre des bronches se réduit. C’est l'obstruction bronchique qui s'explique par l’association de trois facteurs : la contraction des muscles qui entourent les bronches, l'inflammation des bronches qui réduit leur diamètre et la sécrétion de mucus épais qui remplit les bronches et qui sera évacué par une toux grasse.

La maladie asthmatique gagne en fréquence en raison de l’augmentation des facteurs aggravants dont la pollution atmosphérique et le tabagisme passif.

 

Comment est posé le diagnostic ?

On dépiste un asthme à partir des signes cliniques en réalisant des épreuves fonctionnelles respiratoires dont le débit expiratoire de pointe. Ce sont ces épreuves respiratoires qui permettront aussi d’établir un suivi de la maladie.

L’asthme est plus fréquent chez les enfants et adolescents. Il est quelque fois dépisté trop tard, ainsi on peut penser que plus de 15% des adolescents peuvent avoir un asthme ou du moins des gênes respiratoires assimilées à l’asthme.

On estime qu’environ 5 % des adultes souffrent d’un asthme qui peut évoluer vers la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) ou insuffisance respiratoire.

 

Bon à savoir

Oui, il peut y avoir un lien entre asthme et rhume des foins.

Oui, les allergies dont la rhinite allergique favorisent l’apparition de l’asthme.

Oui, les crises d’asthme peuvent avoir une répercussion sur la croissance d’un enfant.

Oui, certains asthmes ont une origine professionnelle à cause de l’exposition à des polluants ou des poussières.

Oui, le surpoids et l’obésité sont des facteurs aggravant l’asthme.

Oui, un asthme peut se manifester par une simple toux chronique chez les enfants.

Oui, il faut se méfier quand un enfant fait de façon répétitive des bronchites asthmatiformes.

 

Recommandations de la Haute Autorité de Santé concernant la pratique du sport ou de l’activité physique

- La pratique de l’exercice physique n’est pas contre-indiquée chez le patient asthmatique. Les sports sont autorisés, à l’exception de la plongée sous-marine en scaphandre autonome (nage avec tuba autorisée). Ceux qui sollicitent l’endurance sont même recommandés pour les asthmatiques, car l’activité physique permet de développer leur capacité pulmonaire et de renforcer leurs muscles respiratoires, comme le diaphragme. Cependant, l'inhalation d'air froid et sec, lors de l'exercice ou à la récupération, peut être à l'origine de crises d'asthme (dit « asthme d'effort »).

- L’exercice physique pratiqué régulièrement améliore, semble-t-il, l’estime de soi et augmente la confiance en soi, en particulier chez l’adolescent.

- En cas de limitation de la tolérance à l’effort, la kinésithérapie peut aider le patient à reprendre une activité physique.

- Il faut adapter ses activités quotidiennes et de loisirs en fonction de la pollution et des conditions atmosphériques.

 

Les conditions de pratique d’un sport

L’asthme d’effort peut être évité par un échauffement long et progressif et la prise d’un bronchodilatateur 15 minutes avant l’effort.

Avant de pratiquer l’équitation, il faut réaliser un bilan allergologique pour rechercher une sensibilisation en lien avec le cheval ou les litières.

Si la plongée sous-marine avec bouteille est en principe contre-indiquée, il est néanmoins possible avec l’autorisation d’un médecin de la Fédération française d’études et de sports sous-marins (FFESSM) de la pratiquer sous certaines réserves.

Le sport est donc généralement autorisé, mais si vous le pratiquez avec une licence sportive, attention à bien respecter la loi contre le dopage.

 

L’OMS recommande 30 minutes d’activités physiques par jour pour tous

Les personnes asthmatiques bénéficient de l’activité physique au quotidien car en plus du plaisir qu’elle procure, celle-ci contribue au bon contrôle de l’asthme et augmente progressivement la tolérance à l’effort. Elle renforce aussi le cœur et aide à diminuer le stress.

L’activité physique se pratique dans la vie de tous les jours. Ce n’est pas seulement pratiquer un sport. C’est aussi faire ses courses à pied, jardiner, tondre la pelouse, faire le ménage, promener le chien, jouer au parc avec les enfants, etc.

 

Conclusion

Toutes les occasions sont bonnes pour bouger et améliorer sa condition physique et son asthme mais la prudence s’impose lors des pics de pollution et par temps froid et sec. On peut simplement commencer l’effort très progressivement en adaptant l’effort à sa capacité respiratoire en utilisant de façon préventive si besoin un bêtamimétique.

 

Docteur Patrick Bacquaert www.irbms.com 18/11/2018

 

Actus
Viva magazine