Revenir à la liste des actus

Déconfinement, émotions et art-thérapie

Maintenons le lien #SantéSolidaire _ Face à cette nouvelle période de doutes, Isabelle Jaussaud, art-thérapeute, nous livre ses conseils pour calmer son esprit et réduire son stress à l'aide de l'art-thérapie

 

Après avoir vécu une situation exceptionnelle de confinement, nous vivons aujourd’hui le déconfinement avec son lot d'inquiétudes, de craintes, de peurs et d'angoisses. Peur de sortir, d’être contaminé.e, de contaminer à son tour, d’être malade, de mourir, de perdre un proche… Ces peurs sont un moyen de défense. Le stress qu’elles génèrent est une réaction normale et adaptative à la situation qui nous permet d'appliquer les bons gestes sanitaires afin d’éviter la propagation du virus, de nous protéger, de protéger ceux que nous aimons. En cela, les peurs sont salutaires. Mais si elles prennent la forme d’angoisses ou de pensées négatives qui tournent en boucle, alors il ne faut pas rester seul.e face à cette souffrance. Il est bon de pouvoir en parler, partager avec un proche, un.e ami.e ou un professionnel de santé.   

Parfois, notre esprit s’emballe et accumule des pensées toutes plus angoissantes les unes que les autres, et c’est d’autant plus le cas actuellement. Face à l’incertitude, notre cerveau élabore alors mille scénarii improbables. Et nous finissons par croire à toutes ces catastrophes supposées. Il est temps de mettre un terme à ce processus terriblement anxiogène. Il est important de déposer cette peur, de l’accueillir pour mieux l’apprivoiser et la transformer. Car nous ne sommes ni maîtres des évènements, ni maîtres des autres. 

Lors d’une séance d’art-thérapie j’invite à déposer cette peur. Engagé.e dans un processus de lâcher-prise dans la créativité, on sent son stress diminuer. J’entends par créativité une invitation à écrire, dessiner, mettre en couleur, sans qu’il soit nécessaire d’avoir de quelconques compétences artistiques. Petit à petit on comprend que notre cerveau fait des tas de suppositions. Et que ce qui était supposé se passer n’arrive en fait jamais. Cette prise de conscience est libératrice. Elle permet de relativiser davantage.  

Le premier pas à faire est de se détendre avec l’aide de l’art-thérapeute.  

Petit à petit on commence à prendre plaisir dans la créativité, on se rend compte que finalement nous sommes tous créatifs, chacun à sa façon. Cette créativité nous aide à mettre en lumière notre part d’ombre, cette partie de nous-même qui nous empêche de vivre en toute sérénité. Elle permet de mettre en lumière des solutions, de trouver soi-même le chemin de l'apaisement. 

Il est important au-delà des séances d’art-thérapie de poursuivre une activité créatrice quelle qu’elle soit. Dessin, peinture, mais aussi jardinage, cuisine, tricot, couture. Toutes ces activités requièrent de l’attention et permettent ainsi au cerveau de se déconnecter, aux pensées qui tournent en boucle de cesser. Il est valorisant de créer quelque chose. Prendre conscience de son pouvoir créateur c’est reprendre le pouvoir sur sa vie.  

 

Les peurs, les angoisses, le stress ont pour conséquence une dégradation de notre santé morale, psychique et physique. Divers maux peuvent alors survenir. Evacuer le stress, prendre du plaisir dans la créativité, voilà un bon cocktail pour doper notre immunité. Vivre positivement ne règle certes pas tous les problèmes mais permet de ne plus être impacté par eux et de pouvoir vivre normalement, sainement.  

 

Je vous livre quelques derniers conseils :  

  • Essayez la méditation qui permet de se recentrer et d’accueillir pensées, ressentis, de façon à les intégrer pour ne plus les subir et vivre plus léger. 
  • Les pages du matin : écrivez spontanément dans un cahier dédié tout ce qui vous vient à l’esprit, de préférence dès le lever. En déposant ce qui occupe votre esprit dès le matin vous vous en libérez. Vous serez ainsi prêt à accueillir une belle journée. 
  • Marchez régulièrement : cette activité physique est excellente pour le corps et l’esprit et régule les fonctions organiques, apaise les tensions, permet le lâcher-prise. 

 

Prendre soin de vous c’est respecter les consignes sanitaires, c’est aussi un lâcher-prise. 

 

            

L'article a été rédigé le 18 mai 2020
par Isabelle Jaussaud, art-thérapeute

Actus
Viva magazine