Revenir à la liste des actus

La surexposition digitale : une véritable menace pour les enfants ?

Dès leur plus jeune âge les enfants ont accès à la télévision, l’ordinateur, le smartphone, la tablette. Cette évolution dans un environnement de plus en plus numérique inquiète. Cela augmente les risques d’obésité, de troubles du sommeil, d’agressivité et peut avoir des conséquences néfastes sur les capacités intellectuelles. Or une consommation raisonnable du digital a aussi des effets bénéfiques réels. Il permet de s’ouvrir sur le monde et offre un accès immédiat à l’actualité. Alors comment faire pour permettre à nos enfants de bien se développer et adopter de bonnes habitudes digitales ?

► Une consommation digitale qui ne cesse d'augmenter :

Aujourd’hui, nous regardons avec inquiétude nos enfants évoluer dans un environnement de plus en plus numérique ; Comme les adultes, et dès le plus jeune âge, ils ont accès à la télévision, l’ordinateur, le smartphone, la tablette. Cette consommation digitale ne cesse d’augmenter d’année en année avec des temps d’exposition alarmistes : dans les pays occidentaux, les enfants dès l’âge de 2 ans enregistrent près de 3 heures quotidiennes d'écran. Entre 8 et 12 ans, ils se rapprochent de 4 heures 45. Et entre 13 et 18 ans, les adolescents restent devant leurs écrans 6 heures 45 chaque jour. (*) 

► Les bénéfices et les dangers du digital :

Consommé avec modération, le digital a des bénéfices réels : par exemple, l’usage d’internet offre un accès immédiat à l'actualité, permet d'interagir au-delà des frontières et d’avoir accès à une connaissance instantanée. De même, les réseaux sociaux sont l’outil incontournable des adolescents pour créer des profils en ligne, communiquer avec d'autres personnes. Ils sont aussi source de divertissements et d’expression.  

Mais le danger auquel sont confrontés les parents est l’usage excessif des écrans.  Les scientifiques confirment qu’une surexposition digitale expose les enfants à des risques sur la santé, comme l’obésité (sédentarité), les problèmes de sommeil (exposition à la lumière bleue), l’agressivité, les capacités intellectuelles. Plus inquiétant, des études constatent aussi une diminution des capacités cardio-vasculaires des nouvelles générations, en relation avec l’accélération des nouvelles technologies et la sédentarité : « en 1971, un enfant courait 800 mètres en 3 minutes, en 2013 pour cette même distance, il lui en faut 4 ! ” comme le déclare le Pr François Carré, cardiologue au CHRU de Rennes et membre de la Fédération Française de Cardiologie. 

► Les recommandations :

Heureusement, les experts s’accordent à dire que la tendance est réversible ; il faut considérer les écrans comme un « aliment » à consommer avec modération. Par exemple, en termes d’exposition par tranche d’âge, il existe des recommandations médicales (**) :  

  • Avant 2 ans : aucune exposition digitale (télévision comprise) pour permettre à l’enfant de se construire sur le plan cognitif, moteur avec une interaction sociale ;  
  • De 3 à 6 ans : 20 minutes/ session quotidienne  
  • De 6 à 9 ans : 30 minutes/ session quotidienne  
  • Après 10 ans : 30/45 minutes/ session quotidienne 

► Des pratiques simples à mettre en place : 

En parallèle, les parents peuvent adopter des pratiques simples comme :  

  • Limiter toute exposition digitale 1 heure avant l’heure du coucher 

  • Privilégier les moments en famille sans écran notamment pendant les repas  

  • Favoriser des sorties extérieures pour se dépenser et stimuler sa vision de loin 

  • Programmer un quota d’heures à la journée ou à la semaine 

Adopter de bonnes habitudes digitales dès le plus jeune âge tout en contrôlant le temps d’exposition, c’est offrir à votre enfant la chance de bien grandir et dans de meilleures conditions pour son avenir. 
 
Sources : (*) la fabrique du crétin digital de Michel Desmurget. 2019 Ed. Seuil / (**) Conseil Supérieur de l'Audiovisuel / santepubliquefrance.fr
 
 
Actus
Viva magazine