Revenir à la liste des actus

L’activité physique, une arme contre le cancer

Il est possible de limiter la survenue de près d’un tiers des cancers, en agissant sur les facteurs de risque par la pratique d’une activité physique régulière.

 

 

En effet la sédentarité, en association avec le surpoids et la baisse de la condition physique, favorise la survenue de cancers et aggrave leur évolution, en particulier celle du cancer du sein. L’alcool, le tabac et l’exposition à des substances toxiques augmentent aussi les risques.

Il est prouvé qu’à l’âge adulte, 150 minutes d’activité physique d’intensité modérée ou 75 minutes à une intensité soutenue par semaine, accompagnées d’une alimentation riche en fruits et légumes, préviennent le risque de survenue des cancers.

Cela équivaut à environ 30 minutes d’activité physique modérée par jour.

 

Les bienfaits de l’activité physique sur le cancer du sein

D’une façon globale, bouger au quotidien en pratiquant une activité physique améliore les capacités cardio-respiratoires. Il faut en complément faire des exercices de renforcement musculaire et ainsi lutter contre l’amaigrissement.

Bouger apporte :

- Une amélioration de la composition corporelle en permettant une réduction de la masse grasse,

- Une modification du métabolisme et de l’immunité en limitant le développement des cellules tumorales,

- Un bénéfice réel sur la qualité de vie en limitant la fatigue, les troubles anxio-dépressifs et la douleur

- Une amélioration de l’estime de soi et de son image corporelle,

- Un impact positif sur les effets indésirables des traitements,

- Une diminution du risque de récidive,

- Une réduction de la mortalité globale.

 

Bon à savoir

En prévention il y a un « effet dose » : plus le temps de pratique est important et plus l’intensité est élevée, meilleurs sont les résultats.

La diminution du risque de rechute atteint les 30% et la diminution de mortalité atteint les 50% pour une forte intensité d’exercice (c’est-à-dire de 8-9 Met/heure/semaine, ce qui correspond à marcher à 8 km/h ou faire du vélo à 22km/h, par exemple).

L’effet positif de l’activité physique est plus important chez les femmes ménopausées, donc il n’est jamais trop tard pour commencer !

La prévention doit être associée à la réalisation de mammographies de dépistage  ou par l’auto palpation des seins.

 

Activité physique : les conseils de pratique

1. En prévention

Tout est bon pour bouger plus, avec un volume minimal de pratique de 150 minutes par semaine. Marcher 10 000 pas par jour peut être un objectif à atteindre.

 

2. Pendant les traitements

Dès l’annonce du cancer et lors de sa prise en charge, les activités physiques peuvent être proposées à condition qu’elles respectent les critères de contre-indications en lien avec les traitements ou l’état physique. Il faut aussi tenir compte des autres états dits de comorbidités et des antécédents médicaux. Un bilan fonctionnel sera effectué par le médecin, avec si besoin un entretien sur les motivations pour fixer les objectifs.

Le but : adopter un mode de vie actif d’au moins 30 minutes par jour en diminuant les périodes prolongées de sédentarité de plus de deux heures.

Au programme par exemple :

  • Montée des escaliers à vitesse lente en ayant un essoufflement modéré. *
  • Marche rapide à plus de 6 km/heure avec une transpiration importante et l’impossibilité de converser. * Une progressivité sera respectée : entre 10 minutes tous les deux jours à 20 minutes tous les jours sur une période de 6 semaines.
  • Vélo de 15 à 20 Km/heure avec essoufflement marqué. *
  • Natation libre en fonction des conséquences chirurgicales et esthétiques.
  • Travail de renforcement musculaire utilisant le poids du corps puis des bracelets lestés, des petits poids ou des bandes élastiques de résistance, 3 fois 15 minutes par semaine.
  • Réalisation d’étirements et assouplissements articulaires.

>>Pour les personnes de plus de 65 ans, travail de la posture et de l’équilibre 2 fois 15 minutes par semaine

* Il faut respecter la fréquence cardiaque qui ne doit pas dépasser la formule « 200 – l’âge » : pour une personne de 70 ans, c’est 200 – 70 = 130 pulsations par minutes maximum. L’avis du cardiologue est parfois nécessaire.

 

Bon à savoir / Rappels

  • La pratique régulière de l’activité physique tout au long de sa vie est un facteur protecteur de la survenue de cancers dont celui du sein.
  • L’effet positif de l’activité physique est plus important chez les femmes ménopausées, donc il n’est jamais trop tard pour commencer !
  • La prévention doit être associée à la réalisation de mammographies de dépistage ou par l’auto palpation des seins.
  • L’activité physique est définie par des critères d’intensité, de fréquence et de durée en respectant le critère de sécurité et de pérennisation.
  • En prévention, plus le temps de pratique est important et plus l’intensité est forte, meilleurs sont les résultats. La diminution du risque de rechute atteint les 30% et la diminution de mortalité atteint les 50% pour une forte intensité d’exercice.

 

Conclusion

Les bénéfices de l’activité physique en prévention primaire (diminution du risque de cancer), en prévention secondaire (pendant le cancer) ou en prévention tertiaire (risque de rechute) sont évidents. Ils permettent d’améliorer la qualité de vie, la tolérance aux traitements et le pronostic général…..Bouger c’est la santé !

 

Docteur Patrick Bacquaert IRBMS 04/11/2018 www.irbms.com

Actus
Viva magazine