Revenir à la liste des actus

Les bienfaits de la méditation en pleine conscience

Maintenons le lien #santésolidaire_La méditation est de plus en plus populaire et de plus en plus pratiquée dans le monde. Vieille de 2500 ans, elle est entrée dans le champ de la médecine depuis une trentaine d’année. Aujourd’hui, avec le développement des neurosciences et d’une médecine plus intégrative, ses vertus sont reconnues scientifiquement, tant au niveau psychologique, que neurologique et biologique.

► Un premier développement dans le champ de la psychologie

C’est dans les années 70 que le Pr Jon Kabat-Zinn (Etats-Unis) s’est intéressé le premier aux effets de la méditation sur le stress et la dépression. Utilisant le terme de « mindfullness » (« pleine conscience »), il élabora un véritable protocole thérapeutique dans le traitement du stress et de l’anxiété, ainsi qu’une thérapie dans la prévention des rechutes dépressives (réduction de 50 % des rechutes dépressives avec 20 mn de méditation par jour).  

 

Le principe de la méditation de pleine conscience

La méditation en pleine conscience consiste à tourner son esprit vers l’instant présent. Il ne s’agit pas de ne penser à rien, mais plutôt de réorienter son attention de façon ciblée sur ses sensations, sa respiration, ou bien en ouvrant sa perception à tous les éléments de l’instant présent (bruits, pensées, température ambiante, sentiments, position du corps …).

 

La méditation va bien au-delà de la relaxation

- En connectant l’esprit et le corps, nous nous connectons à nous même, à la perception et la conscience de soi, jusqu’à développer un sentiment de consistance de soi.  

- Elle permet d’apaiser le mental, et ce faisant, de vivre le recul nécessaire pour prendre conscience et sortir des idées noires et des pensées automatiques toxiques.

 

Au niveau médical, elle agit directement sur un fléau aux impacts majeurs sur la santé : le stress

- Elle le réduit le stress en régulant le taux de cortisol ; 

- Elle limite les effets physiologiques négatifs du stress sur notre santé, notamment les effets inflammatoires à l’origine de nombreuses maladies chroniques : le diabète, les maladies cardio-vasculaires, l’arthrose et même la maladie d’Alzheimer  ;

- Elle influence la chimie de nos cellules et prévient leur vieillissement : augmente de 30% la télomérase, une enzyme qui protège le capital génétique lors de la reproduction cellulaire.

 

La méditation peut modifier la structure même du cerveau ! 

- Elle réduit la taille et l’activité de l’amygdale, impliquée dans les désordres émotionnels (centre de la peur et de l’anxiété) ; 

- Elle augmente les tissus cérébraux dans le cortex insulaire (siège de la perception de la douleur) et certaines régions du cortex pré-frontal (contrôle des émotions et du comportement)

 

Elle est un soin de support pour les personnes souffrant de maladies chroniques, ou de syndrome douloureux : 

A l’écoute de son corps, de l’évolution de ses symptômes et des effets secondaires, la personne malade est plus active dans son traitement, peut mieux anticiper les malaises… Concernant les douleurs, elle réduit l’anticipation réflexe du cerveau : la douleur est ressentie, mais la récupération est plus rapide. 

 Finalement nous disposons d’une véritable pharmacie si nous apprenons à mobiliser ces ressources internes. Il est d’ailleurs possible d’intégrer la méditation à la routine quotidienne, tout comme le brossage des dents, pour prendre soin de nous et de notre esprit avec attention.

Pratiquée régulièrement, elle devient un entraînement mental, une véritable culture de l’esprit (Christophe André) 

De la même façon que l’on ne peut pas décider d’être plus souple ou plus musclé sans s’entraîner, pour pouvoir progresser psychologiquement et mentalement, il nous faut travailler régulièrement notre esprit. En étant plus présent à soi, aux autres et au monde, nous pouvons intégrer une autre façon d’être au monde et accéder à une nouvelle attitude existentielle tournée vers l’être plutôt que le faire, vers une existence de pleine conscience plutôt que de pleine absence.

 

Envie de pratiquer ?

Laissez-vous guider par le psychiatre et psychothérapeute Christophe André - L'instant présent

 

Et pour les enfants ? 

L’initiation à la pleine conscience peut débuter avec des jeux autour d’expériences sensorielles pour s’entrainer à se brancher sur ses perceptions : « tu entends les oiseaux ? », « sens ces herbes, laquelle préfères-tu ? », « tu sens le jus de la clémentine quand tu croques  ?», « Écoute le bruit de ton cœur avec ta main. Et le mien ? ». Voici quelques idées simples pour proposer des petits temps méditatifs dédiés aux enfants :  

L’application Petit Bambou propose un programme de méditation pour enfants est également en accès libre ;. 

Calme et attentif comme une grenouille (ouvrage de référence pour la méditation des petits) offre des ressources gratuites à télécharger. ; 

♦ Sur sa chaîne Youtube Pascale Picavet propose des moments de méditation / relaxation guidée pour les enfants. ; 

♦ Le site Un amour au naturel offre plein d’audios relaxants pour les enfants ;. 

Le sacre des contes propose des histoires qui invitent les enfants à méditer. 

 

Zoom:
Les bienfaits de la méditation en bref :  

Renforce le système immunitaire 

 Favorise la circulation sanguine, donc réduit les risques de maladies cardio-vasculaires 

 Réduit le stress, les sensations d’anxiété, de colère et de confusion 

 Prévient les rechutes dépressives 

 Développe l’auto-contrôle et la gestion des émotions 

 Réduit la sensation de douleur 

 Procure un sentiment de calme, de paix et d’équilibre 

 Favorise la créativité 

 Améliore le sentiment d’identité, de sécurité intérieure et d’estime de soi 

 

 

Article rédigé par Maïté Fontaine, psychologue clinicienne / le 16 avril 2020

 

 

Actus
Viva magazine