Comment bouger quand on a mal au dos ?

Apprendre à connaître son corps

Le mal de dos, et en particulier la lombalgie, touche plus de 80% de la population. Autrement dit, seulement deux personnes sur dix passeront leur vie sans douleur du rachis !

Connaître le mal de dos

 

La santé de notre dos passe par l’exécution de bons gestes au quotidien et aussi par un travail d’entretien musculaire du dos.

La lombalgie dite commune, est une douleur liée à des problèmes mécaniques de la colonne vertébrale. Elle est le plus souvent bénigne.

En définitive, l’homme est condamné au mal de dos depuis qu’il a découvert la marche bipède. Mais l’origine mécanique et fonctionnelle de ce problème prouve que, depuis son plus jeune âge, il n’a rien fait pour limiter sa survenue. En effet, seule l’activité physique régulière et l’entretien de ses muscles du dos peuvent prévenir la lombalgie.

Connaître la colonne vertébrale

La colonne vertébrale, encore appelée rachis, est une structure complexe formée de l’empilement de vertèbres, partant du rachis cervical (cou) jusqu’au rachis lombo-sacré (bassin).
Les disques intervertébraux sont placés entre les vertèbres pour servir d’amortisseurs en facilitant les différents mouvements.
Les vertèbres sont composées d’un corps qui permet un empilement harmonieux afin de former plusieurs courbures appelées lordoses cervicales (au niveau du cou), cyphoses dorsales (rachis dorsal) et lordoses lombo-sacrées (rachis du bas du dos).
Cette colonne vertébrale est maintenue en bonne position par les muscles intervertébraux dont le rôle est de stabiliser et de mobiliser les différentes vertèbres.

 

 

Les 3 courbures de la colonne vertébrale permettent d’équilibrer les pressions sur les disques. Les maintenir le plus possible au quotidien permet donc de préserver son dos.

Les causes du mal de dos

Le mal de dos est multifactoriel. C’est-à-dire qu’il y a rarement une seule cause, mais plutôt une somme de facteurs convergents qui peuvent être :
- les mauvaises postures : le mauvais alignement des courbures induit des déséquilibres et peut engendrer des douleurs,
- la sédentarité : elle induit un relâchement des muscles du dos qui maintiennent la colonne vertébrale,
- le stress : il favorise les tensions musculaires qui peuvent provoquer ou accentuer un mal de dos,
- le vieillissement de la colonne vertébrale : du disque dans un premier temps qui perd son rôle d’amortisseur puis des vertèbres qui s’usent (arthrose),
- le surpoids : cause secondaire mais qui peut accentuer un mal de dos existant, notamment en cas de surcharge abdominale
- une mauvaise literie : importance d’un bon maintien quand on sait qu’on y passe 1/3 de notre vie,
- les chaussures : les pieds représentent les fondations de notre posture, si elles ne sont pas solides, l’édifice est bancal,
- les contraintes répétitives au travail,
- les vibrations comme la conduite automobile,
- la morphologie en lien avec des anomalies héréditaires des courbures (exemple : hyperlordose) etc.

80% des maux de dos proviennent d’un affaissement musculaire.

La sédentarité, en association avec le surpoids, est l’une des causes principales du mal de dos avec l’arthrose.

D’autres causes sont plus exceptionnelles. On y trouve les déformations congénitales comme les scolioses, l’ostéoporose, les tumeurs et autres rhumatismes mais également le travail pénible et répétitif, le port régulier de charges lourdes, les traumatismes et, dans une certaine mesure, la pratique intensive d’un sport.
 

Les formes de mal de dos

Le mal de dos peut prendre plusieurs formes. Les plus connues sont les suivantes :

  • La lombalgie commune appelée aussi lumbago ou tour de « rein »
  • La sciatique par irritation du nerf sciatique
  • Le torticolis avec une contracture douloureuse des muscles du cou

 

FAQ

J’ai mal au dos, qui consulter ?
Son médecin traitant en priorité, car il va réaliser un examen clinique permettant le plus souvent de vous proposer un antalgique et des méthodes de relaxation pour stopper très vite ce mal de dos.

La kiné ou l’ostéopathie sont-elles efficaces ?
Oui, s’il s’agit d’une récidive de mal de dos, la kinésithérapie peut vous proposer de séances de gainage et de renforcement musculaire, avec un apprentissage des postures et des bons étirements
Oui, l’ostéopathe peut vérifier votre équilibre postural et réaliser des gestes manipulatifs pour vous remettre en bon état de marche !

J’ai mal depuis trop longtemps, un rhumatologue peut-il faire quelque chose pour moi ?
Bien sûr, le rhumatologue ou le médecin spécialisé en médecine physique peut apporter une expertise différente et complémentaire de celle de votre médecin traitant et vous proposer d’autres traitements

Faut-il faire des radiographies ou autres examens ?
La première crise de lombalgie commune ne nécessite pas de faire des examens et les radios sont souvent inutiles. Cependant en fonction de la durée de votre mal de dos et des signes cliniques associés, comme les contractures ou les troubles neurologiques, votre soignant peut vous conseiller des examens adaptés permettant de confirmer le mal de dos mécanique en éliminant une autre cause.

Comment éviter que je reste bloqué longtemps ?
Il faut tout faire pour éviter un mal de dos chronique qui sera alors très stressant et pourrait occasionner la perte de votre travail. Il faut combattre dès leur apparition les douleurs avec des antalgiques et reprendre le plus vite possible ses activités. Le repos au lit est souvent mauvais, voire aggravant pour le mal de dos.

Comment prévenir un nouveau mal de dos ?
Prenez-vous en charge, supprimez les causes de ce mal de dos, mettez-vous à l’activité physique et pensez à la piscine. Faites le point sur votre poids et vos postures au travail ou à la maison. Participez aux séances prévention du mal de dos proposées par votre mutuelle.

Que l’on ait mal ou non, bouger au quotidien permet de garder un dos en bonne santé et de limiter les douleurs. Retrouvez nos conseils pratiques dans la rubrique Je veux agir

 

"Les fausses vérités sur la prise en charge du mal de dos"

Pour lutter contre une récidive de mal de dos, il faut surtout se reposer et ne pas bouger
Au contraire, dès que vous avez moins mal, il faut bouger pour stimuler les muscles du dos. Certes, le repos va permettre de soulager un mal de dos, mais il doit rester de courte durée. En effet, un repos prolongé induit une baisse de masse musculaire, notamment des muscles dorsaux. Sans eux, le dos ne peut pas tenir droit et un mauvais alignement cause des douleurs. C’est un cercle vicieux.
On estime aujourd’hui qu’environ 80% des douleurs de dos proviennent d’un problème musculaire

Les anti-inflammatoires sont indispensables pour lutter contre le mal de dos
Les anti-inflammatoires ne sont efficaces qu’en cas d’inflammation : rougeur, douleur, chaleur, gonflement. De plus, ils peuvent causer des effets indésirables (ulcères, hémorragies, …) plus important que les bénéfices récoltés. La meilleure façon de lutter contre le mal de dos est de le prévenir : meilleure posture au quotidien et activité physique.

Le port d’une ceinture de contention est conseillé
Le port d’une ceinture lombaire permet de maintenir les muscles du dos. Cela peut donc le soulager en cas de crise, mais il ne faut pas en abuser. En effet, porter une ceinture quotidiennement empêche les muscles dorsaux de travailler. Ils deviennent alors inefficaces et on entre dans un cercle vicieux : plus on porte la ceinture, moins les muscles sont capables de maintenir le dos dans une bonne position, plus on a mal au dos, … Le port de la ceinture doit être ponctuel, pour aider à réaliser un geste ou un effort important : une séance de jardinage ou un long trajet en voiture par exemple.

Pour connaître la cause d’un mal de dos aigu, passer des radios est la première chose à faire
La radiographie permet de voir la structure du squelette, les os. Or on a vu que la majorité des maux de dos provient d’un problème musculaire. Faire une radio ne révèlera donc rien dans la plupart des cas.
Le mal de dos est souvent chronique, c’est-à-dire et que les douleurs finissent par partir d’elles-mêmes et qu’elles reviendront. La meilleure chose à faire est d’agir en prévention : postures, activité physique, literie, chaussures, …